Paris-Noël

Il neige sur le mont Blanc

Et une grosse cloche sonne dedans

Jusqu’en bas une procession de gens en bas descend.
Les coeurs brûlent à feu couvert

Une ombre immense tourne autour du Sacré-coeur

C’est Montmartre

La lune forme la tête

Ronde comme ta figure
Au temps des flammes plus ardentes

Et de nos jours

Chacun a une petite étoile

Elles rampent

La lune est noire et le ciel clair
Un homme seul veille la-haut

En longue robe blanche

le lendemain est un dimanche

On sort de cette maison sans en avoir l’air

On est gai

Un bonheur qui tremble encore est né
Le plus grand champ du monde est à l’envers

Et des bêtes courent

Elles ne veulent plus voir ce qui s’est passé

L’ancien miracle est dépassé

Au fond de l’ombre où l’on remue

Un homme monte tête nue

Le soleil s’appuie sur sa tête

Quand on ne le voit plus on cpmmence la fête
Minuit

Un homme marche devant et on le suit

La Seine est là

Et on entend sur l’eau claquer des pas

Le reste se passe dans les restaurants de nuit

Pierre Reverdy
Noël

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments