Ronde Nocturne

Le timbre vient de loin

Les mondes se rapprochent

Sur les bords du clocher des étoiles s’accrochent
Dans le coin des cheminées fument

Ce sont des bougies qui s’allument

Quelqu’un monte
Les cloches vont sonner

Un nuage en passant les a fait remuer

A présent on a l’habitude
Personne n’est plus étonné

Les yeux mesurent l’altitude
Où vous êtes placé

Un cœur libre s’est envolé
On peut encore choisir sa place
Où l’on pourrait se reposer
Après avoir longtemps marché

Plus bas il reste une surface
Dans la nuit

On écoutait
Serait-ce lui

A l’horizon sans bruit quelqu’un montait au ciel

L’escalier craque
Il est artificiel

C’est une parabole ou une passerelle

L’heure qui s’échappait ne bat plus que d’une aile

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments