Une Apparence Médiocre

Le train siffle et repart dans la fumée qui se fond au ciel bas.
C’est un long convoi de larmes et sur chaque quai où l’on se sépare de nouveaux bras agitent des mouchoirs. Mais celui-là est seul et ses lunettes se ternissent des larmes des

autres ou de la pluie qui fouette la vitre où il colle son nez. Il n’a quitté personne et nul ne l’attendra à la gare où il va descendre.
D’ailleurs il ne raconte pas ses voyages, il ne sait pas décrire les pays qu’il a vus. Il n’a rien vu peut-être, et quand on le regarde, de peur qu’on l’interroge, il baisse les yeux

ou les lève vers le ciel où d’autres nuages se fondent. A l’arrivée, sans expression de joie ou d’impatience, il part, seul dans la nuit, et, sous les becs de gaz qui

Péclairent par intervalles, on le voit disparaître, sa petite valise à la main. Il est seul, on le croit seul. Pourtant quelque chose le suit ou peut-être quelqu’un dans la

forme étrange de son ombre.

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments