Cellule de prisonnier

1 min


Je n’ai jamais voulu parler de toi

cellule de prisonnier tu étais banale

atrocement familière comme l’étau

qu’on soulève et dépose à chacun

de nos pas mais voilà

tu t’imposes à moi aujourd’hu

i cellule de prisonnier tes cratères

de chaux s’animant en bestiaire

de carnaval ta porte irrémédiable

la mâchoire ricanante du judas

ta fenêtre au ciel irréel hélant

les nostalgies Tu es là en moi

comme un deuxième corps

qui me pousse en dedans et me traverse après

avoir soufflé dans ma poitrine

un vent froid d’exil et je n’ai pas

honte d’être un peu triste aujourd’hui

dans cette vitrine clandestine de

la séparation je n’ai pas honte

de sentir se ramasser en moi cœur

haché tout fumant l’immanquable

tragédie qui côtoie en toute marche

le bonheur des certitudes finales

Print Friendly, PDF & Email

Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Abdellatif Laâbi
Abdellatif Laâbi, né à Fès en 1942, est un poète, écrivain et traducteur marocain. Il a fondé en 1966 la revue Souffles qui jouera un rôle considérable dans le renouvellement culturel au Maghreb. Son combat lui vaut d'être emprisonné de 1972 à 1980. Il s'est exilé en France en 1985. Il reçoit le prix Goncourt de la poésie le 1er décembre 2009 et le Grand Prix de la Francophonie de l'Académie française en 2011.
Choisissez un format
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals