dans

Chant de l’aube

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

De l’aube

je vois les chaînes

que tu écartes

d’un revers de lumière

comme si tu peignais

par compassion extrême

À peine as-tu trempé tes doigts

dans la source

l’océan du ciel frissonne sous la

les couleurs ôtent leur suaire

pour s’adonner à l’étreinte

Ton chant que voilà

épris du blanc

que la mort daigne laisser

derrière elle

pour que nous autres vivants

y tracions nos marelles

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Écrit par Abdellatif Laâbi

Abdellatif Laâbi, né à Fès en 1942, est un poète, écrivain et traducteur marocain. Il a fondé en 1966 la revue Souffles qui jouera un rôle considérable dans le renouvellement culturel au Maghreb. Son combat lui vaut d’être emprisonné de 1972 à 1980. Il s’est exilé en France en 1985. Il reçoit le prix Goncourt de la poésie le 1er décembre 2009 et le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française en 2011.

La forêt vierge

Au collectif