dans

Configurations

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

à
Jacqueline
Leiner

rumeur

de remugle de mangles de coques déchirées

de graines volantes

rumeur de graines ancreuses qui savent si bien s’inventer le supplice d’une terre

(et tant pis pour ceux qui ne comprennent pas la gravité toujours à remonter de ce jeu de dérives et d echouages)

condescendance du balisage annoncée

galop précipité du fond des âges de toutes bêtes effarouchées

la langue de feu le dire

la bonne vipère exaspérée du tendre lait des hommes

Quand je me réveille et me sens tout montagne pas besoin de chercher.
On a compris.
Plus
Pelée que le temps ne l’explique.

D’autres fois à me tâter tatou, je m’insiste de toute évidence en
Caravelle, étreignant sans phare tous feux éteints un océan d’huile fausse et de flibuste

Parfois c’est une cannaie en fleurs qui m’improvise

plumet en tête.

Balance ce n’est pas le bon signe.

C’est que j’attends l’imminente arrivée d’un mildiou

rabougrisseur.

Rien ne délivre jamais que l’obscurité du dire

Dire de pudeur et d’impudeur
Dire de la parole dure.

Enroulement de la grande soif d’être

spirale du grand besoin et du grand retour d’être

nœud d’algues et d’entrailles

nœud du flot et du jusant d’être.

J’oubliais : le dire aussi d’étalé :

c’est nouée la fureur de ne pas dire.

La torpeur ne dit pas.
Epaisse.
Lourde.
Crasse.
Précipité.
Qui a osé ? l’enlisement est au bout.
Au bout de la boue, ah!

il n’est parole que de sursaut.

Briser la boue.
Briser.

Dire d’un délire alliant l’univers tout entier à la surrection d’un rocher !

Cet espace griffonné de laves trop hâtives je le livre au
Temps.

(le
Temps qui n’est pas autre chose que la lenteur du dire)

la fissure toute blessure jusqu’à la morsure de l’instant infligée par l’insecte innocent

L’interstice même que la vie ne combla

tout se retrouvera là

cumulé pour le sable généreux

Prière reconnaître à l’orée de la caverne un bloc de jaspe rouge assassiné de jour caillot

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Écrit par Aimé Césaire

Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France (Martinique), est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.

Tudal

Le sablier d’absence