dans

Demeure antipode

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

Creuset où naît le monde cheveu humus de la première terre

cheveu première pierre du souci

lorsque la pluie sera le fil dont brin par brin le monde se défait

lorsque le soleil sera une araignée où nous perdre un par un

lorsque la mer sera un poulpe pour nous cracher nos espoirs à la face

lorsque la lune se délovera et nous déroulera son long corps de serpent

lorsque le volcan secouera son corps plissé de pachyderme lorsque le vent ne soufflera plus parce qu’on aura oublié de frapper sur les pierres à vent

lorsque les pierres cesseront de parler pour avoir trop prêché dans le désert

(emmêlement mes veines toute la forêt depuis ses basses branches emmêlement mes veines l’eau tout entière et le régime des feux fidèles

emmêlement qui du fond me jettera des nénuphars à la face et mon sang de rachat et mes épaules mieux coulantes que tous les nœuds emmêlement

goutte d’eau dans l’alambic précieux des nappes aqui-fères qui se mettront à la fenêtre et crieront qu’il fait beau dans l’espéranto mal entendu des volutes striées de nos crachats les plus amers) goutte de feu dans la gorge sans hasard du vent

luciole et eau je me construirai moi-même en petites gouttes d’eau de feu trop belles pour un autre architecte

demeure faite d’eau entrevue au réveil

demeure faite de parfums froissés

demeure faite de sommeils lamés

demeure faite des jabots tendus des lézards engourdis

la force m’aligne sur le méridien sans ombre

pythons équipages de catastrophes frères dénaturés de ma longitude

les routes se haussent à la hauteur des gnomides à l’oeil vert se coupent de prières nous couchant en joue sur la passerelle du ciel déréglé de la boussole

demeure faite d’une imposition de paumes de mains demeure faite d’yeux rouges de guépard demeure faite d’une pluie de coquilles de sable

les coups de revolver me font cette fois une auréole trop vaste pour ma tête qui arrive par portage en pièces détachées

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Écrit par Aimé Césaire

Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France (Martinique), est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.

Chevelure

Du feu sur les fleurs