Faveur


je croise mon squelette

qu’une faveur de fourmis manians porte à sa demeure

(tronc de baobab ou contrefort de fromager)

il va sans dire que j’ai eu soin de ma parole

elle s’est blottie au cœur d’un nid de lianes

noyau ardent d’un hérisson végétal

c’est que je l’ai instruite depuis longtemps

à jouer avec le feu entre les feux

et à porter l’ultime goutte d’eau sauvée

à une quelconque des lointaines ramifications du soleil

soleil sommeil

quand j’entendrai les premières caravanes de la sève

passer

peinant vers les printemps

être dispos encore

vers un retard d’îles éteintes et d’assoupis volcans


Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Aimé Césaire
Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France (Martinique), est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.
Choisissez un format
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals