dans

âme fermée

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

Caresse après caresse,

feuillage après feuillage,

que reste-t-il ?

Un fleuve qui a peur.

Un été qui s’ampute.

Que faut-il exprimer ?

Une ville, on dirait vagabonde.

Une route, on dirait qui s’efface.

Oserait-on conclure ?

Le réel très opaque.

L’enfant trop jeune pour aimer.

Quelle raison déraisonnable ?

On vit de ces fragments.

On respire la rouille.

Lèvre par-ci, lèvre par-là.

Âme entrouverte, âme fermée.

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Écrit par Alain Bosquet

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d’origine russe.

La ballade de l’émigré

Fantômes à vendre