Dialogue amoureux

Je dis : «
Votre prénom ? »

Et elle :

«
Selon vos goûts. »

Je dis : «
Choisissons-nous
Carole ? »

Et elle :

«
J’accepte, pour l’instant. »

Je dis : «
Vous êtes seule ? »

Et elle :

«
Mais avec vous. »

Je dis : «
On peut s’aimer ? »

Et elle :

«
Votre désir a tous les droits. »

Je dis : «
Vos hommes, qui sont-ils ? »

Et elle :

«
Croupiers, industriels, maîtres nageurs. »

Je dis : «
Vos préférences ? »

Et elle :

«
Ceux qui sont tristes mais pas trop. »

Je dis : «
On mange ? »

Et elle :

«
Les huîtres sont un bon prélude. »

Je dis : «
Quelquefois vous lisez ? »

Et elle :

«
Sartre,
Camus et
Thomas
Mann. »

Je dis : «
Vous avez de beaux seins. »

Et elle :

«
Moi aussi, je les aime. »

Je dis : «
Vous êtes à peu près divine. »

Et elle :

«
Vous avez bien raison. »

Je dis : «
Votre cadeau… »

Et elle :

«
Peut-être est-ce gratuit. »

Nous nous sommes aimés

lundi, mardi, dimanche

et le lundi suivant.

Nous avons discuté de
Flaubert,

puis de
Tolstoï.

Je dis :

«
Vous avez des genoux inoubliables. »

Et elle :

«
Seulement les genoux ? »

Nous nous sommes lassés l’un de l’autre,

le même jour, à la même heure,

ce qui est rare et vertueux.

Publié par

Alain Bosquet

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d’origine russe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *