L’autre musique


Ma vie, en toi plus rien ne me convainc.
Raconte-moi la tienne, mon poème,

cela vaut mieux ; rien de divin

à l’origine : du phonème,

du poumon qui se bloque, du cerveau.

Il fallait un détail : le coin de rue, le bref soupir, quelques chevaux pressés, le chemin qui s’obstrue.

Tu es né sans souffrance, par hasard, chez on ne sait quel couple : une voyelle de feu, un baiser en retard sur la tendresse, et tu n’appelles

personne à ton secours : tu es royal, de te savoir invisible, en porphyre

et à toi-même un idéal

qui de s’user veut se suffire.

Tu as frappé l’enfant comme un éclair et tu as perverti quelque jeune homme obéissant ou pur.
Ouvert à l’irréel, tu veux qu’on nomme

« albâtre » un papillon qui boit le sang, « villanelle » un arrêt devant la page,

« mémoire » un poisson caressant

dans un séisme que partagent

plaisir et honte, irraison et raison.
Pour celui qui t’écrit, tu évolues

sans qu’il devienne ta prison.

Le tremblement, l’ivresse élue

font de chaque syllabe une clarté : tu es pour toi ce qui déjà t’échappe,

conscience d’inconscient porté

au vertige du verbe, étape

vers l’inconnu que tu dois investir.
Car tu es le bonheur et le malaise,

la chance d’être et de mourir,

le fleuve qui soudain s’apaise,

l’océan et cela que sans espoir

dans la transe on voudrait enfin comprendre.
Entre tes mots, que puis-je voir, sinon mon

ombre avec ma cendre ?

Pas de biographie !
Commencement, tu es aussi la fin : l’autre musique,

sous la durée que tu démens,

l’oubli de soi par la mystique.


Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Alain Bosquet
Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d'origine russe.
Choisissez un format
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals