Le choc de l’indifférence


Toupet du père, de sa houppe et de ses pets !

Amères, frénétiques mères, qui disent «
Dieu »,

Qui disent «
On » —

Leur cœur abnègue bégaie.

À leur coucher,

Ma tête disparaît dans la brume du notoire.

Exclame-toi, vieux trouble originel !
Stridents, philtres du cri, les phares blasphèment !
Qu’ils aillent noyauter l’ordure dans leurs ciboires,
S’abreuver d’égocentrique venin, les pharaons !
Les défenses d’éléphant, éclipses, annoncent le désastre.
Les lutteurs s’asphyxient à l’horizon mystique,
Coupent en quatre le cheveu de leur vie chauve.
Les pavots de la
Renaissance cassent les vitres, s’exténuent
Kayaks calfeutrés, mes ongles rougeoient
Et le genre humain claque des dents, houspillé par mon flegmatique puma.

Print Friendly, PDF & Email

Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

  S'abonner  
Me notifier des
Alain Jouffroy
Fils de Charles Jouffroy et d'Inès Martin des Pallières, Alain Jouffroy naît près du parc Montsouris. Très jeune, son rapport au langage est marqué par le scandale Stavisky et la guerre civile espagnole de 1936 à laquelle il assiste par hasard. Du haut de ses huit ans, il décide de l'écrire sur des carnets pour pouvoir, après son rapatriement, le raconter à son entourage.
Choisissez un format
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals