Ailleurs, à l’échelle des saveurs, les étranges fruits éveillent toutes les surprises — auxquelles se mêlent savamment quelques déceptions — de l’inéprouvé.
Sous sa robe oblongue hérissée, le corossol, mi-lampion mi-feuillage, livre sa chair de sorbet neigeux; près d’un puits le caîmite fait glisser au centre d’un automne fondant sa chaîne de pépins noirs; sans oublier cette figue de fard violine dans laquelle il est défendu de mordre : entre le palais et la langue toutes sortes de petits diables-couvreurs tisseraient aussitôt des fils de glu et tendraient les ardoises de la pire astringence.
Et ces rois du verger tropical, que
Giorgio de
Chirico s’est plu à immobiliser en pleine puissance auprès de la tête de
Jupiter.

A Propos de l'Auteur

Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des