La coquette et l’abeille

1 min


Chloé, jeune, jolie, et surtout fort coquette,
Tous les matins, en se levant,
Se mettait au travail, j’entends à sa toilette ;
Et là, souriant, minaudant,
Elle disait à son cher confident
Les peines, les plaisirs, les projets de son âme.
Une abeille étourdie arrive en bourdonnant.
Au secours ! Au secours ! Crie aussitôt la dame :
Venez, Lise, Marton, accourez promptement ;
Chassez ce monstre ailé. Le monstre insolemment
Aux lèvres de Chloé se pose.
Chloé s’évanouit, et Marton en fureur
Saisit l’abeille et se dispose
A l’écraser. Hélas ! Lui dit avec douceur
L’insecte malheureux, pardonnez mon erreur ;
La bouche de Chloé me semblait une rose,
Et j’ai cru… ce seul mot à Chloé rend ses sens.
Faisons grâce, dit-elle, à son aveu sincère :
D’ailleurs sa piqûre est légère ;
Depuis qu’elle te parle, à peine je la sens.
Que ne fait-on passer avec un peu d’encens !

Print Friendly, PDF & Email

Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Jean-Pierre Claris de Florian
Poète et fabuliste français est né à Logrian dans le Gard le 6 mars 1755, Jean-Pierre Claris de Florian est mort à Sceaux dans les Hauts-de-Seine dans la nuit du 13 septembre 1794.
Choisissez un format
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals