Abyssal


Quand comprendras-tu?
tu n’es pas ce que tu craints
et les peurs ne revêtent
que les âmes muettes
les peines que tu repeints
d’une angoisse ingénue
ne valent pas le dessein
promis par ta vertu

Les fleurs ont soudain
le parfum de ta peur
et quand tu te souviens
s’agite le chagrin
tu en fait ta demeure
des remparts de riens
Quand comprendras-tu?
tu es bien ce qui te plaît

Nadia Ben Slima, 2016


Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Nadia Ben Slima
Toute la poésie de Nadia Ben Slima
Choisissez un format
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals