À M. Le comte, le chevalier et l’abbé de Sade

1 min


Trio charmant que je remarque
Entre ceux qui font mon appui,
Trio par qui Laure aujourd’hui
Revient de la fatale barque ;
Vous qui pensez mieux que Pétrarque,
Et rimez aussi bien que lui,
Je ne puis quitter mon étui
Pour le souper où l’on m’embarque ;
Car la cousine de la Parque,
La fièvre au minois catarreux,
À l’air hagard, au cerveau creux,
À la marche vive, inégale,
De mes jours compagne infernale,
M’oblige, pauvre vaporeux,
D’avaler les juleps affreux
Dont monsieur Geoffroi me régale ;
Tandis que d’un gosier heureux
Vous buvez la liqueur vitale
D’un vin brillant et savoureux.

Print Friendly, PDF & Email

Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Voltaire

François Marie Arouet, dit Voltaire, né le 21 novembre 1694 et décédé le 30 mai 1778 à Paris.
Choisissez un format
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals