Le bon usage des maladies

Pattes de salamandres dans la fournaise brûleuse de cadavres mous les herbes épicées par l’urine des morts dansent dans la rage du chien roux

Assis à l’ombre des murs de la falaise hormis celui qui sacrifiait ses poux aux valeurs mort-nées des premières fraises les maux de l’amour cuvent leurs festins

Verte vérole anglaise pelisse

et la brochette de kystes anciens

que n’avez-vous pris sous vos haies pauvres

le mercure mastic des caresses noires

Colorées aux feux d’un céramiste qui ne cherchait que l’honnêteté les maladies ont pris l’air enchanté des miniatures et du pain frais

La
Traumbedeutung mange les chimères donne son éclat aux fleurs de ces seins aux duvets aux chairs aux fentes aux lèvres et casse les bras des pleurs médecins

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments