La nuit puis le jour

Contemples-tu ce silence ? …
Admires-tu ce ciel et son obscure clairvoyance ?
Cette lune qui veille sur cet univers,
Ou le cirque du monde n’est qu’illusion éphémère ?

Ressens-tu cette quiétude
De la pèlerine noire dans sa plénitude
Le sortilège de cette nuit obscure
Où l’âme s’apaise et devient pure

Songes-tu à la nouvelle vie qui t’es offerte
En observant le lever du jour
Remercies-tu le bon Dieu qui t’a faite
Et qui nous attend dans son éternel séjour

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments