Le Bon Bouillon

Le grand sorcier peut bien bonir pour les moujinques

La paix ! Le pet ! pour le gnière aux tifs pointus.

Les vingt-deux sont sonnés, vla les flics ! vla la trinque !

C’est deux fois l’heure du bouillon pour le têtu.
Car à Wagram, à la Popinque ou aux Vertus

Il n´est pas un fauché pour endosser son drinke,

Il faudrait être cloche ou fada ou tordu

Pour mettre un seul linvé sur les hitlo-germinques.
Hitler, mon patelin te porte au sinoqué.

Tu l’as voulu, tu l’auras pas, tu vas raquer,

Tu ne t’en iras pas en faisant Charlemagne.
Car, frère mironton, si tu vas au pétard

Tu peux te suicider, à la dure, au pétard,

Mais je crois que plutôt tu en tiens pour le bagne.

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

On m’éreinte…

Battez, tambours de Santerre !