dans ,

Sur soi-même

Fer, anémone, drap.

Fer de lance perce l’anémone qui saigne sur le drap.

Fer teinté du sang des anémones, blancheur des draps.

Un fer au cœur, une anémone à la blessure, un drap pour linceul.

Fer, anémone, drap.

Et ce drap rougi d’un sang d’anémone flotte à la hampe du fer

Et le drap essuie le fer qui trancha l’anémone.

Jette l’anémone flétrie !

Restent le fer et le drap.

Jette le fer rouillé !

Reste le drap.

Reste le drap qui pourrira plus longtemps que le cadavre qu’il enveloppe.

Reste le drap qui ne laissera pas de squelette.

Jette le drap !

Reprends le fer !

Cueille l’anémone !

La chair autour du fer de ton squelette :

Ton corps,

Drapeau rouge replié.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments