De l’enfant que j’étais, au vieillard devenu…

Il était beau le temps
Où mes pommettes roses
S’érigeaient au vent.
Les genoux écorchés
Par les ronces
Au bord des sentiers oubliés,
Je m’en souviens encore.

Les feuilles mortes
Se sont envolées,
Ont tout emporté
Avec elles,
Souvenirs et passé.

De l’enfant que j’étais
Il ne me reste plus que
Des rides,
Des sourires,
Des cheveux blancs.
Au vieillard devenu,
J’ai oublié le temps…

Sandrine Davin

image_printImprimer ce poème

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez avis ou analyse!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ton visage est le mot de la nuit étoilée

Rêve d’une femme