J’ai longtemps marché

Au bord du précipice
Mon foulard s’est envolé
Et des souvenirs en pagaille
Dans ma tête sursautaient.

J’ai longtemps marché…

Le ciel sur moi est tombé
Je ne l’ai pas entendu
Et la lumière s’est éteinte
Les projecteurs se sont tus.

J’ai longtemps marché…

Des flashbacks enchaînés
Sur le fil de la vie
Des cailloux dans les poches
Égratignaient mes envies.

J’ai longtemps marché…

Dans mes paumes de main
J’ai caché la voie lactée
En un claquement de doigts
Les étoiles se sont marrées.

J’ai longtemps marché…

Au bord du précipice
Mon regard s’est fixé
Un pas en avant
Trois pas en arrière
Il n’est pas trop tard
Pour bien faire
Non, il n’est pas trop tard…

J’ai longtemps marché,
J’ai longtemps marché,
J’ai longtemps marché…

Sandrine Davin

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Les poètes de sept ans

Aux montagnes divines