Niobé, tes enfants jadis furent heureux

Niobé, tes enfants jadis furent heureux
D’avoir été changés en rochers et en pierre,
Avant que la beauté qui me livre la guerre
Eût fait voir en naissant des effets amoureux.

Car, depuis que ses yeux, ces astres rigoureux,
Eurent de feux, d’attraits, rempli l’air et la terre,
Il n’est rien de vivant que son regard n’enferre
Et ne fasse mourir chétif et langoureux.

Que n’aije vu Méduse au lieu de son visage !
Las ! Je serais exempt du tourment qui m’outrage,
M’ayant changé en roc où la mort ne peut rien.

Donc pensant à Gorgone et à sa face extrême,
On devrait souhaiter qu’elle eût pour notre bien
Ou l’oeil aussi hideux ou le pouvoir de même.

Amours de Caritée

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Nuit d’été

Au temps heureux où régnait l’innocence