L’étoile qui file

Petite étoile, au sein des vastes cieux,
Toi que suivaient et mon cœur et mes yeux,
Toi dont j’aimais la lumière timide,
Où t’en vas-tu dans ta course rapide ?
Ah ! j’espérais que, dans ce ciel d’azur,
Du moins pour toi le repos était sûr.
Pourquoi t’enfuir, mon étoile chérie ?
Pourquoi quitter le ciel de ma patrie ?

Mon cœur connut le bonheur et l’amour :
Amour, bonheur, tout n’a duré qu’un jour.
Près d’un ami, je cherchai l’espérance…
Et mon ami m’oublia dans l’absence !
Le cœur brisé, j’aimais encor les fleurs,
Quand je les vis se faner sous mes pleurs ;
Au ciel alors, pour n’être plus trahie,
J’avais aimé…. l’étoile qui m’oublie !

Adieux à toi, belle étoile du soir !
Adieux à toi, toi, mon dernier espoir !…
Errante au ciel comme moi sur la terre,
En d’autres lieux va briller ta lumière.
Rien n’est constant pour moi que la douleur,
Rien ici-bas n’a voulu de mon cœur ;
Autour de moi, tout est sombre et se voile,
Et tout me fuit… même au ciel, une étoile !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments