Par ses yeux conquerans fust tristement ravie

Sonnet LXXXVI.

Par ses yeux conquerans fust tristement ravie
Ma serve liberté, en la propre saison
Que le soleil plus chault reprend sur l’horizon
Sa course d’autre part qu’il ne l’a poursuivie,

Et au poinct proprement du solstice ma vie,
S’engageant par les yeux, enchaisna sa raison
Et garda dès ce jour la chaîne, la prison,
Les martyrs, les feux, les géennes et l’envie.

Je me sen en tout temps que c’estoit au plus haut
Des flambeaux de l’esté, puis que ce jour si chaud
Mille feux inhumains dans le sein m’a planté,

Sur qui l’hyver glacé n’a point eu de puissance :
Ma vie n’est ainsi qu’un éternel esté,
Mais je ne cueille fruictz, espics, ne récompense.

Voter pour ce poème!

Théodore Agrippa d'Aubigné Apprenti Poète

Par Théodore Agrippa d'Aubigné

Théodore Agrippa d’Aubigné, né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury près de Pons, en Saintonge, et mort le 9 mai 1630 à Genève, est un homme de guerre, un écrivain controversiste et poète baroque français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans l'océan des mots, chaque commentaire est une vague de Verlaine. Venez créer votre marée.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Oui, mais ainsi qu’on voit en la guerre civile

Pauvre peintre aveuglé