Amour angélique

Oh ! l’amour ! dit-elle, ? et sa voix tremblait

et son œil rayonnait, ? c’est être deux et n’être

qu’un. Un homme et une femme qui se fondent en un

ange, c’est le ciel.

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, liv.II, chap.VII.

L’ange aimé qu’ici-bas je révère et je prie

Est une enfant voilée avec ses longs cheveux,

À qui le ciel, pour qu’elle nous sourie,

A donné le regard de la vierge Marie.
Âme que l’azur expatrie

Pour qu’elle recueille nos vœux,

Jeune âme limpide et fleurie

Comme les fleurs de la prairie

Aux calices roses ou bleus !
Comme l’autre Éloa, c’est la sœur des archanges,

Qui pour nous faire vivre aux mystiques amours,

A quitté les blondes phalanges

Et souille ses pieds blancs à parcourir nos fanges.
Aussi nos ferveurs sont étranges :

Ce sont des rêves sans détours,

Ce sont des plaisirs sans mélanges,

Des extases et des échanges

Qui dureront plus que les jours !
C’est un chemin frayé plein d’une douce joie,

Un vase de parfums, une coupe de miel,

Un météore qui flamboie

Comme un beau chérubin dans sa robe de soie.
Il ne craint pas que Dieu le voie :

C’est un amour pur et sans fiel

Où toute notre âme se noie

Et dont l’aile ne se déploie

Que pour s’élancer vers le ciel !

Juin 1842.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments