Ballade des belles Châlonnaises

Pour boire, j’aime un compagnon,

J’aime une franche gaillardise,

J’aime un broc de vin bourguignon,

J’aime de l’or dans ma valise,

J’aime un verre fait à Venise,

J’aime parfois les violons;

Et surtout, pour faire à ma guise,

J’aime les filles de Châlons.
Ce n’est pas au bord du Lignon

Qu’elles vont laver leur chemise.

Elles ont un épais chignon

Que tour à tour frise et défrise

L’aile du vent et de la brise:

De la nuque jusqu’aux talons,

Tout le reste est neige et cerise,

J’aime les filles de Châlons.
Même en revenant d’Avignon

On admire leur vaillantise.

Le sein riche et le pied mignon,

L’oeil allumé de convoitise,

C’est dans le vin qu’on les baptise.

Vivent les cheveux drus et longs!

Pour avoir bonne marchandise,

J’aime les filles de Châlons!
Envoi.
Prince, un chevreau court au cytise!

Matin et soir, dans vos salons

Vous raillez ma fainéantise:

J’aime les filles de Châlons!
Janvier 1862.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans l'univers des poèmes, chaque commentaire est une pépite de Proust. Partagez votre trésor.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Chanson de bateau

Enfantine