Ballade pour les Parisiennes

On voit partout, chez les Teutons

Et chez le Mormon polygame,

Des Iris et des Jeannetons

Fort dignes de l’épithalame;

Et Vienne a, tout comme Bergame,

Des anges dont on est épris;

Quant à ce qu’on nomme: la femme,

C’est un article de Paris.
Elle est bouchère, et nous, moutons.

C’est le plus divin amalgame

De lys, de roses, de festons.

Il ne faut pas qu’on la diffame!

Elle ment comme un vrai programme;

Pour sa folle dent de souris,

Malheur à tout ce qu’elle entame:

C’est un article de Paris.
Avec ses appétits gloutons

Et sous son linge à fine trame,

Elle avale des feuilletons

Et se délecte au mélodrame.

Celle pour qui tomba Pergame

Changeait moins souvent de maris

Qu’elle, soit dit sans épigramme!

C’est un article de Paris.
Envoi.
Je ne saurais changer de gamme:

La femme est un joyau de prix

Qui vaut son pesant d’or; mais, dame!

C’est un article de Paris.
Mai 1869.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se renouvelle avec chaque commentaire. Soyez le souffle de la renaissance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Douces heures de delhi

Le mot me repense