Le Café

Ce bon élixir, le Café

Met dans nos coeurs sa flamme noire;

Grâce à lui, fier de sa victoire,

L’esprit subtil a triomphé.
Faux Lignon que chantait d’Urfé,

Tu ne nous en fait plus accroire;

Ce bon élixir, le Café

Met dans nos coeurs sa flamme noire.
Ne faisons qu’un autodafé

Des vieux mensonges de l’Histoire;

Et mêlons, sans peur du grimoire,

A notre vieux sang réchauffé,

Ce bon élixir, le Café.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Soyez l'inspiration comme Rimbaud, la passion comme Sartre, et commentez avec l'âme d'un poète.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Maints soirs nous errons dans le val

Haut ciel