Les Jardins

Parfois, lorsque mon âme échappe aux soins jaloux,

Je revois dans un songe épouvantable et doux,

Plein d’ombre et de silence et d’épaisses ramées,

Les jardins où jadis passaient mes bien-aimées.

Mais voici qu’à présent les rosiers chevelus

Sont devenus broussaille et ne fleurissent plus ;

Le temps a fracassé le marbre blanc des urnes ;

Le rossignol a fui les chênes taciturnes ;

Les nymphes de Coustou, les Sylvains et les Pans

S’affaissent éperdus sous les lierres rampants ;

La flouve, le vulpin, les herbes désolées

Ont envahi partout le sable des allées ;

Les larges tapis d’herbe aux haleine de thym,

Où la lune éclairait les habits de satin

Et les pierres de flamme aux robes assorties,

Foisonnent maintenant de ronces et d’orties ;

Dans les bassins, les flots aux sourires blafards

Sont cachés par la mousse et par les nénufars ;

L’étang, où tout un monde effroyable pullule,

Ne voit plus sur ses joncs frémir de libellule ;

Le chaume est tout couvert d’iris ; les églantiers

Pendent, et de leurs bras couvrent des murs entiers ;

L’ombre triste, le houx luisant, les eaux dormantes

Ont pris les oasis où riaient mes amantes ;

La noire frondaison me dérobe les cieux

Qu’elles aimaient, et dans ces lieux délicieux,

Naguère tout remplis d’enchantements par elles,

Meurt le gémissement affreux des tourterelles.
Nice, mai 1860.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments