dans , , ,

L’autre jour inspiré d’une divine flamme

Sonnet

L’autre jour inspiré d’une divine flamme,
J’entrai dedans un temple, où tout religieux,
Examinant de près mes actes vicieux,
Un repentir profond fit soupirer mon âme.

Tandis qu’à mon secours tous les Dieux je réclame,
Je vois venir Phyllis : quand j’aperçus ses yeux,
Je m’écriai tout haut : ce sont ici mes Dieux,
Ce Temple, et cet Autel appartient à ma Dame.

Les Dieux injuriés de ce crime d’Amour
Conspirent par vengeance à me ravir le jour ;
Mais que sans plus tarder leur flamme me confonde.

Ô mort, quand tu voudras je suis prêt à partir ;
Car je suis assuré que je mourrai martyr,
Pour avoir adoré le plus bel oeil du monde.

Recueil :

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments