Tes rêves et ton berceau

Tu grandis si vite

Et t’éloignes en silence

Autour de toi gravite

Cette liberté immense
Tu abandonnes tes repères

Tes rêves et ton berceau

Et tout ce que tu digères

Devient de longs sanglots
Tu grandis si vite

Et pleures en silence

Autour de toi s’évite

La prison « insolence »
Tu abandonnes les cimes

De ton berceau de lumière

Et tout ce que tu dessines

A une coloration délétère
Thomas Chaline, 2016

Voter pour ce poème!

Thomas Chaline Apprenti Poète

Par Thomas Chaline

Né en 1983 dans le Var, Thomas Chaline est diplômé en Droit et Sciences Politiques. Auteur-compositeur et guitariste, poète et photographe naturaliste, il est aussi rédacteur du magazine numérique La Cause Littéraire et a publié plusieurs recueils de poésie.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une goutte de pluie dans notre océan de poésie. Ajoutez votre averse, à la manière de Hugo.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’automne abandonné

À ma mère, II