Me voici ! c’est moi ! Rochers, plages

Me voici ! c’est moi ! Rochers, plages,
Frais ruisseaux sous l’herbe échappés,
Brises qui tout bas aux feuillages
Dites des mots entrecoupés ;

Nids qu’emplit un tendre murmure,
Branche où l’oiseau vient se poser ;
Gouttes d’eau de la grotte obscure
Qui faites le bruit d’un baiser ;

Champ où l’on entend la romance
Du rossignol sombre et secret ;
Monts où le lac profond commence
L’hymne qu’achève la forêt !

Ouvrez-vous, prés où tout soupire ;
Ouvre-toi, bois sonore et doux ;
Celui dont l’âme est une lyre
Vient chanter dans l’ombre avec vous.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments