Tu me vois bon charmant et doux …

Tu me vois bon, charmant et doux, ô ma beauté ;
Mes défauts ne sont pas tournés de ton côté ;
C’est tout simple. L’amour, étant de la lumière,
Change en temple la grotte, en palais la chaumière,
La ronce en laurierrose et l’homme en demidieu.
Tel que je suis, rêvant beaucoup et valant peu,
Je ne te déplais pas assez pour que ta bouche
Me refuse un baiser, ô ma belle farouche,
Et cela me suffit sous le ciel étoilé.
Comme Pétrarque Laure et comme Horace Églé,
Je t’aime. Sans l’amour l’homme n’existe guère.
Ah ! j’oublie à tes pieds la patrie et la guerre
Et je ne suis plus rien qu’un songeur éperdu.

(1874)

Océan vers

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments