Tu rentreras comme Voltaire…

Tu rentreras comme Voltaire
Chargé d’ans, en ton grand Paris ;
Des Jeux, des Grâces et des Ris
Tu seras l’hôte involontaire.

Tu seras le mourant aimé ;
On murmurera dès l’aurore,
A ton seuil à demi fermé,
Déjà ! mêlé de Pas encore.

A la fois marmot et barbon,
Tu pourras penser, joie honnête :
Je suis si bon qu’on me croit bête
Et si bête qu’on me croit bon.

Toute la lyre

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments