la chance des perdants

 

la chance, 

 

la nature porte en elle une fatalité,

visible ou invisible en plusieurs mouvements

faisant des matières brutes une vitalité ;

sorte de passage plus ou moins véhément,

 

la société humaine choisit sa destinée

paisible ou impassible aux erreurs du moment, 

essayant ses trouvailles elle se trouve fascinée ; 

tentative d’équilibre parmi ses changements,

 

le parcours personnel est si vite limité 

risible ou répressible son conditionnement,

voulant paraître maître il tend à imiter ;

entreprise florissante dans un monde qui ment,

 

la chance est née ainsi d’un beau rêve inventé

plausible ou impossible heureux avènement 

réalisant enfin une victoire convoitée ;

leurre pour patienter au dernier jugement… 

 

 

 

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments