l’amitié comme acte des amis en puissance

l’amitié, 

 

elle est née de cet instant sans élan

imprégnant fraternellement de joie

les ambitions, la vanité cédant

au meilleur vœu, “être deux au combat”,

 

elle a déjà assez vaincu d’épreuves

pour faire défiance au monde du futur,

et sans doute de la recherche de preuves

est dévêtu l’irrépressible armure,

 

être incomprise la leçon d’Aristote

augurait que la vraie contemplation

ne paraîtrait, et laisserait l’idiote

fatalité en toute révolution,

 

entre hommes, entre femmes, entre femmes et hommes

assumant tout, même la procréation,

les ami-es sont pionnier-ères et ils somment 

l’humanité à vivre en relation…  

 

 

Poésie en presque symétrie de la précédente sur les amis,

tant il est vrai que l’acte précède la puissance dans l’ordre de l’être…  

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments