patience sans licence

Patience,

voici donc la faille de la conscience humaine,
puisque l’instinct perdu a laissé toute la place,
par anticipation en relevant des traces,
c’est la lente torture, guettant sa fin soudaine,

et les générations ont inclus à leur tour
le mûrissement des blés et les jours fécondables
Mars, le mois de la guerre, aujourd’hui les portables
l’illusion va si vite, l’attente n’a plus cours,

pourtant se préparer n’est pas une agonie,
il y a tant de messages, tous ne sont pas honnis,
le poète* lui aussi savait ce qu’on endure,

dans son « éternité »* de sa voix amicale,
réconforta nos âmes, sentinelles banales,
il dit : « science avec patience, le supplice est sûr »…

 

*Arthur Rimbaud 

Voter pour ce poème!

Le poème est un cadeau, une offrande de l'auteur à ses lecteurs. Offrez votre gratitude en laissant un commentaire

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments