Les Plus Lus

  • Ouragan nocturne

    Le vent criait, le vent roulait ses hurlements, L’Océan bondissait le long de la falaise, Et mon âme, devant ces épouvantements, Et ces larges flots noirs, respirait plus à l’aise. La lune semblait folle, et courait dans les cieux, Illuminant la nuit dune clarté brumeuse ; Et ce n’était au loin qu’aboiements furieux, Rugissements, clameurs […] Plus

    Lire la suite

  • Le mystère

    Ô nuit, ô belle nuit, pâle comme sa chair : Je rêve au passé mort, je rêve au passé clair… Je revois ta chair pâle, et rêve aux heures mortes, Où notre joie, où notre extase étaient si fortes ! Le rossignol des nuits d’alors ne chante plus : Je songe à tes grands yeux […] Plus

    Lire la suite

  • Calme des plantes

    Le sage aime la paix et la douceur des plantes, Leurs regards féminins et leur sérénité, Et le sage aime aussi les bêtes nonchalantes Qui dorment près de lui dans l’immobilité. Le soir, quand il succombe au lourd poids de la vie, Qu’il est las de penser et de rêver toujours, Il va parmi les […] Plus

    Lire la suite

  • Langueur nocturne

    Ma pensée est sereine et rêve parfumée, Comme la chambre heureuse où dort ma bienaimée : Large fleur au coeur blanc qui parfume la nuit, La lune sur l’étang du ciel s’épanouit. Ma pensée est sereine et rêve caressée D’une odeur de santal que ta chair m’a laissée. Recueil : L’illusion Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Les êtres pour le Sage…

    Les êtres pour le Sage ont l’aspect de fantômes ; Vaine agitation de forces et d’atomes, Un mouvement sans but tourmente l’univers, Que sans but réfléchit l’eau calme de mes vers. Les quatrains d’Al-Ghazali Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Toujours

    Tout est mensonge : aime pourtant, Aime, rêve et désire encore ; Présente ton coeur palpitant À ces blessures qu’il adore. Tout est vanité : crois toujours, Aime sans fin, désire et rêve ; Ne reste jamais sans amours, Souvienstoi que la vie est brève. De vertu, d’art enivretoi ; Porte haut ton coeur et […] Plus

    Lire la suite

  • Léda

    Au cygne frissonnant qui la vient embraser Elle offre son beau corps robuste sans comprendre : Des Immortels naîtront de ce muet baiser, Et la forme d’Hélène en ce flanc va descendre. Et par l’étrange éclat des soirs mystérieux C’est ainsi que toujours la stupide Matière, Et la femme ignorante ont procréé les Dieux, Sans […] Plus

    Lire la suite

  • Prélude

    Tu ne me connais pas, tu ne sais qui je suis, Tu ne m’aperçois pas, le soir, quand je te suis, Quand se perd ma pensée en tes lueurs de femme, Quand je m’en vais, noyant mes sens, noyant mon âme Dans les candeurs et les fraîcheurs de ta beauté. Tes regards clairs, pareils à […] Plus

    Lire la suite

  • Le poème

    Le soleil est ma chair, le soleil est mon coeur, Le coeur du ciel, mon coeur saignant qui vous fait vivre, Le soleil, vase d’or, où fume la liqueur De mon sang, est la coupe où la terre s’enivre. Les astres sont mes yeux, mes yeux toujours ouverts, Toujours dardant sur vous leurs brûlantes prunelles, […] Plus

    Lire la suite