à cor et a cri

image_pdfVersion PDFimage_printImprimmer

Dans tous les coins de la planète

les bobines de fil blanc

se tordent de rire comme

de petites baleines si l’on peut dire cependant

que dans mon tiroir les bobines

de fil rouge s’agitent poussent

des cris lamentables

Elle ont lu le sonnet des

voyelles dans les yeux d’une

femme honnête jouant les

deux orphelines sur un boulevard de porcelaine

Leurs préférences iront toujours

à la belle ilote ivre aux robes

de paille secrète grimpée sur

la nuit solide pour mieux CONTINUER LA LECTURE

Origine

image_pdfVersion PDFimage_printImprimmer

Toute origine est recommencement ;

et chaque lieu, sa fuite.

La pierre pense :

«
Pour être pierre j’ai besoin d’un langage, et mon langage aura besoin d’un dieu pour l’imposer à cette pierre que je suis et que je ne suis pas encore. »
Et la pierre déjà se change en papillon, et le papillon pense : «
Pour être seul de mon espèce

et lui servir d’exemple,

ni fauvette ni fleur,

j’ai besoin d’un langage,

et mon langage me viendra d’un dieu

qui dira :
Papillon, CONTINUER LA LECTURE

Le baiser

image_pdfVersion PDFimage_printImprimmer

Tableau V.

Ah ! Justine, qu’avez-vous fait ?
Quel nouveau trouble et quelle ivresse !
Quoi ! cette extase enchanteresse
D’un simple baiser est l’effet !
Le baiser de celui qu’on aime
A son attrait et sa douceur ;
Mais le prélude du bonheur
Peut-il être le bonheur même ?
Oui, sans doute, ce baiser là
Est le premier, belle Justine ;
Sa puissance est toujours divine,
Et votre cœur s’en souviendra.
Votre ami murmure et s’étonne
Qu’il ait sur lui moins de pouvoir :
Mais il jouit de ce qu’il donne ;
C’est beaucoup plus que recevoir. CONTINUER LA LECTURE

Familiale

image_pdfVersion PDFimage_printImprimmer

La mère fait du tricot

Le fils fait la guerre

Elle trouve ça tout naturel la mère

Et le père qu’est-ce qu’il fait le père ?

Il fait des affaires

Sa femme fait du tricot

Son fils la guerre

Lui des affaires

Il trouve ça tout naturel le père

Et le fils et le fils

Qu’est-ce qu’il trouve le fils?

Il ne trouve rien absolument rien le fils

Le fils sa mère fait du tricot son père des affaires lui la guerre

Quand il aura fini la guerre

Il fera des affaires avec son père

La guerre continue la mère continue elle tricote CONTINUER LA LECTURE

Tentative de description d’un dÎner de têtes à paris-france

image_pdfVersion PDFimage_printImprimmer

Ceux qui pieusement…

Ceux qui copieusement…

Ceux qui tricolorent

Ceux qui inaugurent

Ceux qui croient

Ceux qui croient croire

Ceux qui croa-croa

Ceux qui ont des plumes

Ceux qui grignotent

Ceux qui andromaquent

Ceux qui majusculent

Ceux qui chantent en mesure

Ceux qui brossent à reluire

Ceux qui ont du ventre

Ceux qui baissent les yeux

Ceux qui savent découper le poulet

Ceux qui sont chauves à l’intérieur de la tête

Ceux qui bénissent les meutes

Ceux qui font les honneurs du pied

Ceux qui debout les morts CONTINUER LA LECTURE

Les Ruines

image_pdfVersion PDFimage_printImprimmer

Les vieillards, quand près d’eux, semaine par semaine,
Le temps a dévasté, tour à tour, fleurs et fruits,
Les vieillards ont, ainsi que la cité romaine,
Au cœur un forum mort plein de temples détruits ;

Silencieux désert où leur âme promène
Son long ennui stérile, où l’ortie et le buis,
Et l’herbe solitaire, en l’antique domaine,
Ont étouffé l’orgueil des fastes et des bruits;

Où des frontons muets la légende effacée
Sous la rouille des ans dérobe sa pensée.
Plus de chants, les oiseaux aiment les floraisons. CONTINUER LA LECTURE

Combien sont-ils?

image_pdfVersion PDFimage_printImprimmer

Combien sont-ils au fond de moi ?
Une peuplade :

le je, le toi, l’aller ego, l’être établi, le sous-être nomade,

le petit gars, le saligaud.

Combien sont-ils dans chaque mot, qui me dépècent

comme un cochon qu’on a lardé ?
L’anonyme, le nul, la brute épaisse,

la vierge et le joueur de dés.

Combien sont-ils dans chaque verbe, ô l’adultère

de qui se forge un paradis par le songe et le vent : ils déblatèrent

pour un chou-fleur, pour un radis,

pour une églogue sans refrain, une virgule CONTINUER LA LECTURE

Garanties

image_pdfVersion PDFimage_printImprimmer

Le jour se lève : on nous le garantit ?

La rosée fond : nous en verrons bien d’autres !

Le soleil est là-haut : c’est fort gentil,

mais qui va l’embrasser?
Printemps apôtre,

tu dis un verbe et la fleur va s’ouvrir, sauf que soudain, par désobéissance, elle reste fermée.
Il faut subir le déluge et la pluie : pour ma défense

je dis que l’eau est sèche.
On veut prouver au juste quoi ?
Les vérités nomades sont comme des chameaux, perdus, trouvés, sans amour, méprisants.
Le doute est fade : CONTINUER LA LECTURE

événements

image_pdfVersion PDFimage_printImprimmer

Une hirondelle vole dans le ciel

vole vers son nid

son nid où il y a des petits

elle leur apporte une ombrelle

des vers de vase des pissenlits

un tas de choses pour amuser les enfants

dans la maison où il y a le nid

un jeune malade crève doucement dans son lit

dans son lit

sur le trottoir devant la porte

il y a un type qui est noir et qui débloque

derrière la porte un garçon embrasse une fille

un peu plus loin au bout de la rue

un pédéraste regarde un autre pédéraste

et lui fait un adieu de la main

l’un des deux pleure CONTINUER LA LECTURE