Les Plus Lus

  • De sa grande amie

    Dedans Paris, Ville jolie, Un jour passant mélancolie Je pris alliance nouvelle A la plus gaie damoiselle Qui soit d’ici en Italie. D’honnêteté elle est saisie, Et crois selon ma fantaisie Qu’il n’en est guère de plus belle Dedans Paris. Je ne vous la nommerai mie Sinon que c’est ma grand amie, Car l’alliance se […] Plus

    Lire la suite

  • De l’amour du siècle antique

    Au bon vieux temps un train d’amour régnait Qui sans grand art et dons se démenait. Si qu’un bouquet donné d’amour profonde C’était donner toute la terre ronde ; Car seulement au coeur on se prenait. Et si, par cas, à jouir on venait Savezvous bien comme on s’entretenait ? Vingt ans, trente ans, cela […] Plus

    Lire la suite

  • De soi-même

    Plus ne suis ce que j’ai été, Et ne le saurais jamais être. Mon beau printemps et mon été Ont fait le saut par la fenêtre. Amour, tu as été mon maître, Je t’ai servi sur tous les Dieux. Ah si je pouvais deux fois naître, Comme je te servirais mieux ! Epigrammes Ajouter aux […] Plus

    Lire la suite

  • Je suis aimé de la plus belle

    Je suis aimé de la plus belle Qui soit vivant dessous les cieux : Encontre tous faux envieux Je la soutiendrai être telle. Si Cupido doux et rebelle Avait débandé ses deux yeux, Pour voir son maintien gracieux, Je crois qu’amoureux serait d’elle. Vénus, la Déesse immortelle, Tu as fait mon coeur bien heureux, De […] Plus

    Lire la suite

  • Chant de Mai et de Vertu

    Volontiers en ce mois ici La terre mue et renouvelle. Maints amoureux en font ainsi, Sujets à faire amour nouvelle Par légèreté de cervelle, Ou pour être ailleurs plus contents ; Ma façon d’aimer n’est pas telle, Mes amours durent en tout temps. N’y a si belle dame aussi De qui la beauté ne chancelle […] Plus

    Lire la suite

  • BofBof

    Tant que vivrai en âge florissant

    Tant que vivrai en âge florissant, Je servirai Amour, le Dieu puissant, En faits et dits, en chansons et accords. Par plusieurs jours m’a tenu languissant, Mais après deuil m’a fait réjouissant, Car j’ai l’amour de la belle au gent corps. Son alliance, Est ma fiance : Son coeur est mien, Mon coeur est sien […] Plus

    Lire la suite

  • De celui qui entra de nuit chez s’amie

    De nuit et jour faut être aventureux, Qui d’amour veut avoir biens plantureux. Quant est de moi, je n’eus onc crainte d’âme, Fors seulement, en entrant chez ma Dame, D’être aperçu des languards dangereux. Un soir bien tard me firent si peureux Qu’avis m’était qu’il était jour pour eux : Mais si entraije, et n’en […] Plus

    Lire la suite

  • Adieu aux Dames de la Cour

    Adieu la cour, adieu les dames, Adieu les filles et les femmes, Adieu vous dis pour quelques temps, Adieu vos plaisants passetemps ; Adieu le bal, adieu la danse, Adieu mesure, adieu cadence, Tambourin, haubois et violons, Puisqu’à la guerre nous allons. Adieu les regards gracieux, Messagers des coeurs soucieux ; Adieu les profondes pensées, […] Plus

    Lire la suite

  • Du partement d’Anne

    Où allezvous, Anne ? que je le sache, Et m’enseignez avant que de partir Comme ferai, afin que mon oeil cache Le dur regret du coeur triste et martyr. Je sais comment ; point ne faut m’avertir Vous le prendrez, ce coeur, je le vous livre ; L’emporterez pour le rendre délivre Du deuil qu’aurait […] Plus

    Lire la suite

  • Amour et Mort m’ont fait outrage

    Amour et Mort m’ont fait outrage. Amour me retient en servage, Et Mort (pour accroître ce deuil) A pris celui loin de mon oeil, Qui de près navre mon courage. Hélas, Amour, tel personnage Te servait en fleur de son âge, Mais tu es ingrat à mon vueil De souffrir Guerre et son orgueil Tuer […] Plus

    Lire la suite

  • A madame de Ferrare

    Me souvenant de tes bontez divines Suis en douleur, princesse, à ton absence ; Et si languy quant suis en ta presence, Voyant ce lys au milieu des espines. Ô la doulceur des doulceurs femenines, Ô cueur sans fiel, ô race d’excellence, Ô traictement remply de violance, Qui s’endurçist pres des choses benignes. Si seras […] Plus

    Lire la suite

  • J’ai grand désir

    J’ai grand désir D’avoir plaisir D’amour mondaine : Mais c’est grand peine, Car chaque loyal amoureux Au temps présent est malheureux : Et le plus fin Gagne à la fin La grâce pleine. L’Adolescence clémentine Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.