Les Plus Lus

  • Dernier madrigal

    Quand je mourrai, ce soir peut-être, Je n’ai pas de jour préféré, Si je voulais, je suis le maître, Mais… ce serait mal me connaître, N’importe, enfin, quand je mourrai. Mes chers amis, qu’on me […] Plus

  • Le baiser (II)

    Comme une ville qui s’allume Et que le vent achève d’embraser, Tout mon cœur brûle et se consume, J’ai soif, oh ! j’ai soif d’un baiser. Baiser de la bouche et des lèvres Où notre […] Plus

  • Aux saints

    Si, tous les matins de nos fêtes, Nous chantions tous avec amour Sur les harpes des saints prophètes Nos prières qui sont parfaites, Je ne serais pas dans la cour. Si nous récitions nos prières […] Plus

  • En forêt

    Dans la forêt étrange, c’est la nuit ; C’est comme un noir silence qui bruit ; Dans la forêt, ici blanche et là brune, En pleurs de lait filtre le clair de lune. Un vent […] Plus

  • Les cartes

    C’était en octobre, un dimanche, Je revenais de déjeuner ; Vous jouiez au lit, toute blanche, Vos cartes dans votre main… franche, Qui commence à les retourner. Vous faisiez une réussite ; Est-ce pour voir […] Plus

  • Aphorismes

    Aimer la Vérité, C’est aimer dans son cœur une Naïade blanche. Le peintre la demande aux rires des couleurs. * Sans la beauté de Dieu, le cœur de l’homme est sombre. * Quelquefois le génie […] Plus

  • Le nom

    Je porte un nom assez… bizarre, Tu diras : « Ton cas n’est pas rare. » Oh !… je ne pose pas pour ça, Du tout… mais… permettez, Madame, Je découvre en son anagramme : […] Plus

  • Marseille

    C’est à Rouen, votre Rouen, Madame, Qu’on brûla… (je fais un impair !) Mais Marseille ! c’est une femme Qui se lève, au bord de la mer ! Le Havre a votre amour, et d’une […] Plus

  • Chanson

    Puisque de Sisteron à Nantes, Au cabaret, tout français chante, Puisque je suis ton échanson, Je veux, ô Française charmante, Te fredonner une chanson ; Une chanson de ma manière, Pour toi d’abord, et mes […] Plus