Les Plus Lus

  • La Trebbia

    L’aube d’un jour sinistre a blanchi les hauteurs. Le camp s’éveille. En bas roule et gronde le fleuve Où l’escadron léger des Numides s’abreuve. Partout sonne l’appel clair des buccinateurs. Car malgré Scipion, les augures menteurs, La Trebbia débordée, et qu’il vente et qu’il pleuve, Sempronius Consul, fier de sa gloire neuve, A fait lever […] Plus

    Lire la suite

  • Le coureur

    Tel que Delphes l’a vu quand, Thymos le suivant, Il volait par le stade aux clameurs de la foule, Tel Ladas court encor sur le socle qu’il foule D’un pied de bronze, svelte et plus vif que le vent. Le bras tendu, l’oeil fixe et le torse en avant, Une sueur d’airain à son front […] Plus

    Lire la suite

  • La conque

    Par quels froids Océans, depuis combien d’hivers, Qui le saura jamais, Conque frêle et nacrée ! La houle sousmarine et les raz de marée T’ontils roulée au creux de leurs abîmes verts ? Aujourd’hui, sous le ciel, loin des reflux amers, Tu t’es fait un doux lit de l’arène dorée. Mais ton espoir est vain. […] Plus

    Lire la suite

  • La sieste

    Pas un seul bruit d’insecte ou d’abeille en maraude, Tout dort sous les grands bois accablés de soleil Où le feuillage épais tamise un jour pareil Au velours sombre et doux des mousses d’émeraude. Criblant le dôme obscur, Midi splendide y rôde Et, sur mes cils miclos alanguis de sommeil, De mille éclairs furtifs forme […] Plus

    Lire la suite

  • Le récif de corail

    Le soleil sous la mer, mystérieuse aurore, Éclaire la forêt des coraux abyssins Qui mêle, aux profondeurs de ses tièdes bassins, La bête épanouie et la vivante flore. Et tout ce que le sel ou l’iode colore, Mousse, algue chevelue, anémones, oursins, Couvre de pourpre sombre, en somptueux dessins, Le fond vermiculé du pâle madrépore. […] Plus

    Lire la suite

  • Persée et Andromède

    Au milieu de l’écume arrêtant son essor, Le Cavalier vainqueur du monstre et de Méduse, Ruisselant d’une bave horrible où le sang fuse, Emporte entre ses bras la vierge aux cheveux d’or. Sur l’étalon divin, frère de Chrysaor, Qui piaffe dans la mer et hennit et refuse, Il a posé l’Amante éperdue et confuse Qui […] Plus

    Lire la suite

  • L’oubli

    Le temple est en ruine au haut du promontoire. Et la Mort a mêlé, dans ce fauve terrain, Les Déesses de marbre et les Héros d’airain Dont l’herbe solitaire ensevelit la gloire. Seul, parfois, un bouvier menant ses buffles boire, De sa conque où soupire un antique refrain Emplissant le ciel calme et l’horizon marin, […] Plus

    Lire la suite

  • Les conquérants

    Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal, Fatigués de porter leurs misères hautaines, De Palos de Moguer, routiers et capitaines Partaient, ivres d’un rêve héroïque et brutal. Ils allaient conquérir le fabuleux métal Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines, Et les vents alizés inclinaient leurs antennes Aux bords mystérieux du monde Occidental. […] Plus

    Lire la suite

  • La mort de l’aigle

    Quand l’aigle a dépassé les neiges éternelles, A ses larges poumons il veut chercher plus d’air Et le soleil plus proche en un azur plus clair Pour échauffer l’éclat de ses mornes prunelles. Il s’enlève. Il aspire un torrent d’étincelles. Toujours plus haut, enflant son vol tranquille et fier, Il plane sur l’orage et monte […] Plus

    Lire la suite

  • Le bain

    L’homme et la bête, tels que le beau monstre antique, Sont entrés dans la mer, et nus, libres, sans frein, Parmi la brume d’or de l’âcre pulvérin, Sur le ciel embrasé font un groupe athlétique. Et l’étalon sauvage et le dompteur rustique, Humant à pleins poumons l’odeur du sel marin, Se plaisent à laisser sur […] Plus

    Lire la suite

  • Sur le Livre des Amours de Pierre de Ronsard

    Jadis plus d’un amant, aux jardins de Bourgueil, A gravé plus d’un nom dans l’écorce qu’il ouvre, Et plus d’un coeur, sous l’or des hauts plafonds du Louvre, A l’éclair d’un sourire a tressailli d’orgueil. Qu’importe ? Rien n’a dit leur ivresse ou leur deuil. Ils gisent tout entiers entre quatre ais de rouvre Et […] Plus

    Lire la suite

  • Le daïmio

    Sous le noir fouet de guerre à quadruple pompon, L’étalon belliqueux en hennissant se cabre Et fait bruire, avec des cliquetis de sabre, La cuirasse de bronze aux lames du jupon. Le Chef vêtu d’airain, de laque et de crépon, Ôtant le masque à poils de son visage glabre, Regarde le volcan sur un ciel […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.