Les Plus Lus

  • Ô triste, triste était mon âme

    Ô triste, triste était mon âme A cause, à cause d’une femme. Je ne me suis pas consolé Bien que mon coeur s’en soit allé, Bien que mon coeur, bien que mon âme Eussent fui loin de cette femme. Je ne me suis pas consolé, Bien que mon coeur s’en soit allé. Et mon coeur, […] Plus

    Lire la suite

  • La chanson des ingénues

    Nous sommes les Ingénues Aux bandeaux plats, à l’œil bleu, Qui vivons, presque inconnues, Dans les romans qu’on lit peu. Nous allons entrelacées, Et le jour n’est pas plus pur Que le fond de nos pensées, Et nos rêves sont d’azur ; Et nous courons par les prés Et rions et babillons Des aubes jusqu’aux […] Plus

    Lire la suite

  • En patinant

    Nous fûmes dupes, vous et moi, De manigances mutuelles, Madame, à cause de l’émoi Dont l’Été férut nos cervelles. Le Printemps avait bien un peu Contribué, si ma mémoire Est bonne, à brouiller notre jeu, Mais que d’une façon moins noire ! Car au printemps l’air est si frais Qu’en somme les roses naissantes, Qu’Amour […] Plus

    Lire la suite

  • La soupe du soir

    À J.K. Huysmans. Il fait nuit dans la chambre étroite et froide où l’homme Vient de rentrer, couvert de neige, en blouse, et comme Depuis trois jours il n’a pas prononcé deux mots, La femme a peur et fait des signes aux marmots. Un seul lit, un bahut disloqué, quatre chaises, Des rideaux jadis blancs […] Plus

    Lire la suite

  • Tu crois au marc de café

    Tu crois au marc de café, Aux présages, aux grands jeux : Moi je ne crois qu’en tes grands yeux. Tu crois aux contes de fées, Aux jours néfastes, aux songes, Moi je ne crois qu’en tes mensonges. Tu crois en un vague Dieu En quelque saint spécial, En tel Ave contre tel mal. Je […] Plus

    Lire la suite

  • Je ne suis pas jaloux

    Je ne suis pas jaloux de ton passé, chérie, Et même je t’en aime et t’en admire mieux. Il montre ton grand cœur et la gloire inflétrie D’un amour tendre et fort autant qu’impétueux. Car tu n’eus peur ni de la mort ni de la vie, Et, jusqu’à cet automne fier répercuté Vers les jours […] Plus

    Lire la suite

  • Bruxelles (Simples fresques)

    I La fuite est verdâtre et rose Des collines et des rampes, Dans un demi-jour de lampes Qui vient brouiller toute chose. L’or sur les humbles abîmes, Tout doucement s’ensanglante, Des petits arbres sans cimes, Où quelque oiseau faible chante. Triste à peine tant s’effacent Ces apparences d’automne. Toutes mes langueurs rêvassent, Que berce l’air […] Plus

    Lire la suite

  • A la louange de Laure et de Pétrarque

    Chose italienne où Shakspeare a passé Mais que Ronsard fit superbement française, Fine basilique au large diocèse, SaintPierredesVers, immense et condensé, Elle, ta marraine, et Lui qui t’a pensé, Dogme entier toujours debout sous l’exégèse Même edmondschéresque ou francisquesarceyse, Sonnet, force acquise et trésor amassé, Ceuxlà sont très bons et toujours vénérables, Ayant procuré leur […] Plus

    Lire la suite

  • Il pleure dans mon coeur

    Il pleure dans mon coeur Comme il pleut sur la ville ; Quelle est cette langueur Qui pénètre mon coeur ? Ô bruit doux de la pluie Par terre et sur les toits ! Pour un coeur qui s’ennuie, Ô le chant de la pluie ! Il pleure sans raison Dans ce coeur qui s’écoeure. […] Plus

    Lire la suite

  • Sonnet boiteux

    Ah ! vraiment c’est triste, ah ! vraiment ça finit trop mal, Il n’est pas permis d’être à ce point infortuné. Ah ! vraiment c’est trop la mort du naïf animal Qui voit tout son sang couler sous son regard fané. Londres fume et crie. O quelle ville de la Bible ! Le gaz flambe […] Plus

    Lire la suite

  • Nocturne parisien

    Roule, roule ton flot indolent, morne Seine. — Sur tes ponts qu’environne une vapeur malsaine Bien des corps ont passé, morts, horribles, pourris, Dont les âmes avaient pour meurtrier Paris. Mais tu n’en traînes pas, en tes ondes glacées, Autant que ton aspect m’inspire de pensées ! Le Tibre a sur ses bords des ruines […] Plus

    Lire la suite

  • Le bruit des cabarets, la fange du trottoir

    Le bruit des cabarets, la fange du trottoir, Les platanes déchus s’effeuillant dans l’air noir, L’omnibus, ouragan de ferraille et de boues, Qui grince, mal assis entre ses quatre roues, Et roule ses yeux verts et rouges lentement, Les ouvriers allant au club, tout en fumant Leur brûle-gueule au nez des agents de police, Toits […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.