Asyndète

Les figures de construction

L’asyndète est une figure de style fondée sur la suppression des liens logiques et des conjonctions dans une phrase, comme dans cette parole de Jules César : « Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu »

Elle permet d’ajouter du rythme à une phrase, de créer une accumulation, ou encore de rapprocher des mots ou des sons de façon à en renforcer le contraste. L’asyndète est un type de parataxe qui peut s’apparenter également à une ellipse. En prose latine classique elle marque souvent une forte opposition. Très utilisée en poésie, notablement par Arthur Rimbaud, l’asyndète est également une figure de la narration et de l’essai. Des slogans publicitaires et des proverbes sont des exemples d’asyndètes courtes.

Exemples

« Il travaille beaucoup. Il réussira. »


« L’humanité n’est pas un état à subir, c’est une dignité à conquérir. »

— Vercors, Les Animaux dénaturés (1952)


 

« Se montrer tour à tour dissimulé, sincère,
Timide, audacieux, crédule, méfiant ;
Voilà ce qu’on se plaint de sentir quand on aime,
Et de ne plus sentir quand on cesse d’aimer. »

— Adélaïde-Gillette Dufrénoy, « L’Amour », Élégie (1813)

Retour au sommet

Ajouter à ma collection

Pas de collections

Vous trouverez ici toutes les collections que vous avez créées auparavant.