Les Plus Lus

  • La feuille des forêts

    La feuille des forêts Qui tourne dans la bise Làbas, par les guérets, La feuille des forêts Qui tourne dans la bise, Vatelle revenir Verdir la même tige ? L’eau claire des ruisseaux Qui passe claire et vive A l’ombre des berceaux, L’eau claire des ruisseaux Qui passe claire et vive, Vatelle retourner Baigner la […] Plus

    Lire la suite

  • Lorsque sous la rafale …

    Lorsque sous la rafale et dans la brume dense, Autour d’un frêle esquif sans voile et sans rameurs, On a senti monter les flots pleins de rumeurs Et subi des ressacs l’étourdissante danse, Il fait bon sur le sable et le varech amer S’endormir doucement au pied des roches creuses, Bercé par les chansons plaintives […] Plus

    Lire la suite

  • Les morts m’écoutent seuls …

    Les morts m’écoutent seuls, j’habite les tombeaux. Jusqu’au bout je serai l’ennemi de moimême. Ma gloire est aux ingrats, mon grain est aux corbeaux, Sans récolter jamais je laboure et je sème. Je ne me plaindrai pas. Qu’importe l’Aquilon, L’opprobre et le mépris, la face de l’injure ! Puisque quand je te touche, ô lyre […] Plus

    Lire la suite

  • Le démoniaque

    Aije sucé les sucs d’innomés magistères Quel succube au pied bot m’atil donc envoûté ? Oh ! ne l’être plus, oh ! ne l’avoir pas été ! Suc maléfique, ô magistères délétères ! Point d’holocauste offert sur les autels des Tyrs, Point d’âpres cauchemars, d’affres épileptiques ! Seuls les rêves pareils aux ciels clairs des […] Plus

    Lire la suite

  • Hautes sierras aux gorges nues

    Hautes sierras aux gorges nues, Lacs d’émeraude, lacs glacés, Isards sur les crêtes dressés, Aigles qui planez par les nues ; Sapins sombres aux larges troncs, Fondrières de l’Entécade Où chante la fraîche cascade Derrière les rhododendrons ; Et vous, talus plantés d’yeuses, Iraije encor par les sentiers Mêlant les rouges églantiers A la pâleur […] Plus

    Lire la suite

  • L’éclair illuminait la nuit …

    L’éclair illuminait la nuit de ses beaux feux, A la vitre déjà retentissait l’orage, Plein d’angoisse le temps rampait entre nous deux, Et j’étais là pareil à quelque sombre image. Tu te berçais au son de ta plaintive voix, Mais j’osais supputer et ta faute et la mienne, Et dans mon coeur, c’était comme une […] Plus

    Lire la suite

  • Rompant soudain le deuil …

    Rompant soudain le deuil de ces jours pluvieux, Sur les grands marronniers qui perdent leur couronne, Sur l’eau, sur le tardif parterre et dans mes yeux Tu verses ta douceur, pâle soleil d’Automne. Soleil, que nous veuxtu ? Laisse tomber la fleur, Que la feuille pourrisse et que le vent l’emporte ! Laisse l’eau s’assombrir, […] Plus

    Lire la suite

  • La plainte d’Hyagnis

    Substance de Cybèle, ô branches, ô feuillages, Aériens berceaux des rossignols sauvages, L’ombre est déjà menue à vos faîtes rompus, Languissants vous pendez et votre vert n’est plus. Et moi je te ressemble, automnale nature, Mélancolique bois où viendra la froidure. Je me souviens des jours que mon jeune printemps Ses brillantes couleurs remirait aux […] Plus

    Lire la suite

  • Roses, en bracelet …

    Roses, en bracelet autour du tronc de l’arbre, Sur le mur, en rideau, Svelte parure au bord de la vasque de marbre D’où s’élance un jet d’eau, Roses, je veux encor tresser quelque couronne Avec votre beauté, Et comme un jeune avril embellir mon automne Au bout de mon été. Les Stances Ajouter aux favoris […] Plus

    Lire la suite

  • Ô ciel aérien inondé de lumière

    Ô ciel aérien inondé de lumière, Des golfes de làbas cercle brillant et pur, Immobile fumée au toit de la chaumière, Noirs cyprès découpés sur un rideau d’azur ; Oliviers du Céphise, harmonieux feuillages Que l’esprit de Sophocle agite avec le vent ; Temples, marbres brisés, qui, malgré tant d’outrages, Seuls gardez dans vos trous […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.