Les Plus Lus

  • BofBof C'était OKC'était OK

    Mer calme

    Il est nuit : la mer dans son lit repose, Assoupie au loin si tranquillement Que pas une brise à cette heure n’ose Troubler d’un baiser son recueillement. Sans murmure aucun, sans aucune ride, Qu’elle est belle à voir cette mer qui dort, Laissant admirer dans le flot limpide A la claire nuit ses étoiles […] Plus

    Lire la suite

  • Tempête

    Tout regard se perd, tant la brume est noire ; Il ne fut jamais plus aveugle nuit : Au sein du néant je pourrais me croire, Si je n’entendais un immense bruit. Cette voix, ô mer ! C’est ta voix qui tonne Sur l’écueil voisin chargé de galets, Tandis que le vent, le grand vent […] Plus

    Lire la suite

  • Mare velivolum

    Où vont ces vaisseaux aux vives allures Qui, sortant du port, nous disent adieu ? Où vont ces vaisseaux aux blanches voilures Que mon œil poursuit à l’horizon bleu ? Ils vont, dispersés sur les vastes ondes, Explorer des bords inconnus de nous ; Loin de ce rivage, ils vont voir des mondes Mille fois […] Plus

    Lire la suite

  • Le bouclier d’Achille

    A l’œuvre, dis-tu, qui pour toi commence, Tu sens chanceler ta force et ta foi : Chanter l’Océan, la tâche est immense Et demanderait plus vaillant que toi ! Courage, poète ! Artiste, courage ! L’art est le plus grand des magiciens. Ignores-tu donc, novice à l’ouvrage, Quels enchantements sont parfois les siens ? Dédaignant […] Plus

    Lire la suite

  • Nuit de mai

    Au couchant lumineux quand le jour se replie, Qu’une planète au ciel déjà peut s’entrevoir, Il fait bon, couple errant sur une onde assouplie, De respirer à deux l’air embaumé du soir, De saluer là-haut ces premières étoiles Dont le rayon lointain nous invite à rêver : Matelot ! Matelot ! Laisse tomber tes voiles […] Plus

    Lire la suite

  • Les nuits de Naples

    Après ces jours d’été dignes du ciel numide, Quand le soleil a fui sous l’occident en feu, Heureux qui vient, le soir, sur la falaise humide, Dilater ses poumons à l’air du golfe bleu ! Est-il parfum meilleur que celui de ces plages ? Que ce vent de la nuit, aux retours attendus, Qui mêle […] Plus

    Lire la suite

  • Renaissance

    Hier, la nue encore avait de sombres teintes, La plaine était dans l’ombre et les cimes éteintes ; Et la forêt qui dort, mélancolique à voir, Découpait sur le ciel son réseau dur et noir. Tout dormait : toits de chaume, éclairés d’un jour blême, Étangs, bergers, troupeaux ; et la terre elle-même, La terre, […] Plus

    Lire la suite

  • Falaises de Normandie

    « Voulez-vous de la mer connaître un vrai miracle, Disait-il; voulez-vous contempler un spectacle Que le poète ému cherche d’un pas fréquent ? Partez un jour, gagnez les côtes de Fécamp ; Sur la grève en talus que le flot escalade, Allez voir Étretat, maritime peuplade, Assise obscurément sur les mêmes galets Où la Gaule […] Plus

    Lire la suite

  • La vache

    Nous avions sur le pont, durant ce long voyage, Une vache au flanc roux qui, de son pur laitage, Abreuvait une femme et deux frêles jumeaux, Bercés dans un hamac par le roulis des eaux. Du vaste azur des mers partout environnée, Elle voguait pensive, inquiète, étonnée. Morne, elle regrettait, sur le plancher mouvant, La […] Plus

    Lire la suite

  • Le phare

    Parmi les noirs brisants où le flot tourbillonne, Le phare vers la nue élève sa colonne. Pilier de blocs massifs qu’unit un dur ciment, Il surgit, solitaire, ainsi qu’un monument. Des vagues, à ses pieds, la fureur se déchaîne : On dirait que la mer assiège de sa haine Cette tour qui, montrant le péril […] Plus

    Lire la suite

  • Endoume

    Des chemins où l’on va plongeant dans la poussière Et réclamant en vain quelque ombrage sauveur ; Des coteaux dépouillés de glèbe nourricière, Des rocs blancs, dont l’éclat offense la paupière, Tant le soleil d’été les baise avec ferveur, Des terrains sans culture, où les chèvres du pâtre Achèvent un gazon que le mistral brûla, […] Plus

    Lire la suite

  • L’héritier présomptif

    Dans son berceau d’osier que l’aïeule balance, Regardez-le dormir, le tendre nourrisson. Nos fermiers sont deux fois heureux de sa naissance : C’est leur premier enfant, c’est leur premier garçon ! Que la ferme au travail tout un jour fasse trêve ; Que l’araire en un coin sommeille abandonné. Qu’eux-mêmes les grands bœufs, livrés à […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.