Le bouclier d’Achille

A l’œuvre, dis-tu, qui pour toi commence,
Tu sens chanceler ta force et ta foi :
Chanter l’Océan, la tâche est immense
Et demanderait plus vaillant que toi !

Courage, poète ! Artiste, courage !
L’art est le plus grand des magiciens.
Ignores-tu donc, novice à l’ouvrage,
Quels enchantements sont parfois les siens ?

Dédaignant l’effort, ennemi du faste,
Plus il se contient, plus il est puissant.
Faut-il retracer l’objet le plus vaste ?
Il sait l’agrandir en le réduisant.

Il condensera tout ce qu’il imite,
L’infini lui-même en quelques mots brefs.
Il sculpta jadis la mer sans limite
Sur un bouclier aux vivants reliefs :

Disque où le héros du divin Homère
Montrait à la fois la terre et les cieux,
Et, fils de Thétis, les flots de sa mère
Roulant tout autour leurs plis spacieux !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments