Dernières histoires

  • Parfois, je suis triste…

    Parfois, je suis triste. Et, soudain, je pense à elle. Alors, je suis joyeux. Mais je redeviens triste de ce que je ne sais pas combien elle m’aime. Elle est la jeune fille à l’âme toute claire, et qui, dedans son cœur, garde avec jalousie l’unique passion que l’on donne à […]

  • On dit qu’à Noël…

    À Mademoiselle M. R. On dit qu’à Noël, dans les étables, à minuit, l’âne et le bœuf, dans l’ombre pieuse, causent. Je le crois. Pourquoi pas ? Alors, la nuit grésille : les étoiles font un reposoir et sont des roses. L’âne et le bœuf ont ce secret pendant l’année. On […]

  • A la Jeunesse

    Prologue pour « La Vie de Bohème » au Théâtre de l’Odéon Mesdames et messieurs, nous vous donnons La Vie De Bohème, une pièce où le rire et les pleurs Se mêlent, comme aux champs, où notre âme est ravie, Les larmes du matin brillent parmi les fleurs. Pour dire ce […]

  • Bastille

    Tandis que tu t’envoles Dans les cieux bénévoles Mieux que ta soeur Babel, O tour Eiffel, La Bastille s’élève De nouveau, comme en rêve. C’est bien. Mettons dedans Les imprudents. Donnons-lui ces critiques Aux vagues esthétiques, Faux comme des jetons. Amis, jetons Dans sa gueule vorace Les tribuns, dont la race […]

  • Lentement à pied

    (extraits)

    Premier janvier. Le soleil, qui efface la vitre, a réveillé quelques lézards. Dans l’enclos, l’amandier chante une joie prématurée. Les violettes, qui ne risquent aucun avenir, parfument les coins d’ombre. Hier soir, la Combe de Mège rêvait aux harmoniques très lointaines de son nom. Le puits gracile, les bourgeons crispés, les […]

  • Moi qui ne suis pas du monde

    Moi qui ne suis pas du monde Moi qui ne suis pas d’ici Moi que l’on cherchera après la grande absence Et qui suis resté seul et qui n’ai pas d’amis Je veux que l’on retrouve Jusqu’au son de ma voix Je veux que l’on me parle Comme si j’étais présent […]

  • Battez, tambours de Santerre !

    Le 21 janvier s’achevait. Louis XVI gravissait les marches de l’échafaud. Au moment où Corsaire Sanglot débouchait sur la place par la rue Royale et qu’il remarquait, avec satisfaction, qu’on avait remplacé le magnifique obélisque par l’adorable guillotine, une compagnie de tambours avec leurs baudriers blancs en peau s’alignait contre le […]

  • Réalisme

    Grâces, ô vous que suit des yeux dans la nuit brune Le pâtre qui vous voit, par les rayons de lune, Bondir sur le tapis folâtre des gazons, Dans votre vêtement de toutes les saisons ! Et toi qui fais pâmer les fleurs quand tu respires, Fleur de neige, ô Cypris […]

  • Chant du Matin

    Les vapeurs du matin, légères et limpides, Ondulent mollement le long des Laurentides, Comme des nuages d’encens. Au murmure des flots caressant le rivage, Les oiseaux matineux, cachés dans le feuillage, Mêlent de suaves accents. La nature, au réveil, chante une hymne plaintive, Dont les accords touchants font retentir la rive […]

  • Un rêve

    Ballade. La corde nue et maigre, Grelottant sous le froid Beffroi, Criait d’une voix aigre Qu’on oublie au couvent L’Avent. Moines autour d’un cierge, Le front sur le pavé Lavé, Par décence, à la Vierge Tenaient leurs gros péchés Cachés ; Et moi, dans mon alcôve, Je ne songeais à rien […]

  • Quatrains pour hélène

    à Hélène Locoge Mon cœur était terre d’Arizona et il y eut en lui d’immenses chevauchées et des points d’eau précieux où la liberté venait boire au crépuscule Notre destin de transparence la fin méprisant les moyens l’âme jouant le quitte ou double l’éternité qui nous adoube Je fréquente le Christ […]

  • À Madame Caroline Angebert

    Chanter, mais dans le soir sonore Et pour ses amis seulement, Fuir le bruit qui nous déshonore Et le vil applaudissement ; Brûler, mais conserver sa flamme Pour le seul but essentiel, Être cette espérance, une âme Qui chaque jour s’emplit de ciel ; Avec une pensée insigne Qui vous berce […]