Les Plus Lus

  • Comme un qui veut curer quelque cloaque immonde

    Sonnet CIX. Comme un qui veut curer quelque cloaque immonde, S’il n’a le nez armé d’une contresenteur, Étouffé bien souvent de la grand puanteur Demeure enseveli dans l’ordure profonde : Ainsi le bon Marcel ayant levé la bonde, Pour laisser écouler la fangeuse épaisseur Des vices entassés, dont son prédécesseur Avait six ans devant empoisonné […] Plus

    Lire la suite

  • Quand je vois ces messieurs, desquels l’autorité

    Sonnet CXVIII. Quand je vois ces messieurs, desquels l’autorité Se voit ores ici commander en son rang, D’un front audacieux cheminer flanc à flanc, Il me semble de voir quelque divinité. Mais les voyant pâlir lorsque Sa Sainteté Crache dans un bassin, et d’un visage blanc Cautement épier s’il y a point de sang, Puis […] Plus

    Lire la suite

  • Je vis l’oiseau qui le soleil contemple

    Je vis l’oiseau qui le soleil contemple D’un faible vol au ciel s’aventurer, Et peu à peu ses ailes assurer, Suivant encor le maternel exemple. Je le vis croître, et d’un voler plus ample Des plus hauts monts la hauteur mesurer, Percer la nue, et ses ailes tirer Jusqu’au lieu où des dieux est le […] Plus

    Lire la suite

  • Avoir vu dévaler une triple montagne

    Sonnet CXIII. Avoir vu dévaler une triple montagne, Apparaître une biche et disparaître soudain, Et dessus le tombeau d’un empereur romain Une vieille carafe élever pour enseigne : Ne voir qu’entrer soldats et sortir en campagne, Emprisonner seigneurs pour un crime incertain, Retourner forussiz et le Napolitain Commander en son rang à l’orgueil de l’Espagne […] Plus

    Lire la suite

  • Si les larmes servaient de remède au malheur

    Sonnet LII. Si les larmes servaient de remède au malheur, Et le pleurer pouvait la tristesse arrêter, On devrait, Seigneur mien, les larmes acheter, Et ne se trouverait rien si cher que le pleur. Mais les pleurs en effet sont de nulle valeur : Car soit qu’on ne se veuille en pleurant tourmenter, Ou soit […] Plus

    Lire la suite

  • D’un vanneur de blé aux vents

    A vous, troupe légère, Qui d’aile passagère Par le monde volez, Et d’un sifflant murmure L’ombrageuse verdure Doucement ébranlez, J’offre ces violettes, Ces lis et ces fleurettes, Et ces roses ici, Ces vermeillettes roses, Tout fraîchement écloses, Et ces oeillets aussi. De votre douce haleine Éventez cette plaine, Éventez ce séjour, Cependant que j’ahanne A […] Plus

    Lire la suite

  • A Vénus

    Ayant après long désir Pris de ma douce ennemie Quelques arrhes du plaisir, Que sa rigueur me dénie, Je t’offre ces beaux oeillets, Vénus, je t’offre ces roses, Dont les boutons vermeillets Imitent les lèvres closes Que j’ai baisé par trois fois, Marchant tout beau dessous l’ombre De ce buisson que tu vois Et n’ai […] Plus

    Lire la suite

  • À monsieur d’Avanson

    (Conseiller du Roi.) Si je n’ai plus la faveur de la Muse, Et si mes vers se trouvent imparfaits, Le lieu, le temps, l’âge où je les ai faits, Et mes ennuis leur serviront d’excuse. J’étais à Rome au milieu de la guerre, Sortant déjà de l’âge plus dispos, A mes travaux cherchant quelque repos, […] Plus

    Lire la suite

  • Ronsard, j’ai vu l’orgueil des colosses antiques

    Ronsard, j’ai vu l’orgueil des colosses antiques, Les théâtres en rond ouverts de tous côtés, Les colonnes, les arcs, les hauts temples voûtés, Et les sommets pointus des carrés obélisques. J’ai vu des empereurs les grands thermes publiques, J’ai vu leurs monuments que le temps a domptés, J’ai vu leurs beaux palais que l’herbe a […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.